Les femmes dans l’IT


Pour beaucoup de personnes, la présence des femmes dans l’IT représente une utopie, mais l’histoire de l’industrie informatique indique que celles-ci ont joué un rôle incontournable dans le progrès technologique.

Les femmes n’ont pas seulement donné naissance à la nature humaine, mais aussi au monde informatique.

Par conséquent, le premier développeur du monde a été une femme, Augusta Ada King, comtesse de Lovelace, connue sous le nom d’Ada Lovelace. Mathématicienne d’origine britannique, elle a concentré toute son activité de recherche sur le développement de l’ordinateur mécanique de Charles Babbage, c’est-à-dire le moteur analytique. Son étude sur ce moteur contient le premier algorithme exécuté par une machine, ce qui fait considérer Ada Lovelace comme le premier programmeur du monde.

Selon Walter Isaacson, auteur du livre intitulé « The Innovators : How Women Shaped Technology » (Les innovateurs : comment les femmes ont influencé la technologie), « Ada Lovelace a défini l’ère digitale ».

C’est également une femme, Grace Murray Hopper, qui a conçu le premier compilateur de langages de développement. Elle a été aussi l’un des premiers programmeurs de l’ordinateur Harvard Mark I. Son étude a conduit au développement du langage COBOL.

En outre, le premier ordinateur digital au monde porte l’empreinte d’une femme. Adele Goldstine a écrit une description technique complète du premier ordinateur électronique numérique, ENIAC… et les exemples des femmes qui ont changé l’histoire de l’informatique peuvent continuer.

À présent, conformément au BCS (British Computer Society), les femmes ne représentent que 15-18% des professionnels IT. Le cabinet de recrutement informatique People Centric déclare qu’en Roumanie le pourcentage des femmes qui travaillent dans l’IT est de 15-20%.

Néanmoins, même s’il y a des voix en leur faveur, la présence des femmes dans le monde informatique est encore vue avec réticence.

En ce qui concerne la présence des femmes à la direction des entreprises du secteur informatique, 82% des 100 plus larges entreprises des États-Unis ont au moins deux femmes dans leur comité de direction, en Europe le pourcentage est de 77% et en Asie moins de 15%.

De plus, selon une étude de la Commission européenne, seulement 30 des 1 000 femmes sont diplômées des universités informatiques en Europe et, à la fin, quatre d’entre elles ont réussi à travailler dans ce domaine.

Également, seulement 4% des spécialistes travaillant dans les TIC affirment que les femmes bénéficient d’un traitement correct au moment d’une promotion professionnelle. Conformément aux statistiques réalisées pendant la campagne relative à la réduction de l’écart de rémunération entre les femmes et les hommes, lancée par la Commission européenne, les femmes gagnent en moyenne 17,4% de moins que les hommes.

Dans ce contexte, cinq compagnies renommées dans le domaine IT (Alcatel-Lucent, IMEC, Orange-France, Microsoft et Motorola) ont signé un accord par lequel elles s’engagent à faire les emplois techniques plus attractifs pour les femmes. L’accord a été négocié par l’UE, comme partie des efforts de la Commission européenne d’impliquer plus de femmes dans ce secteur. Viviane Reding, le commissaire européen pour une société informationnelle, invite les autres entreprises à suivre l’exemple.

D’autre part, il faut noter que les géants informatiques ont au moins une femme dans leur comité de direction : Marissa Mayer (Yahoo), Sheryl Sandberg (Facebook), Meg Whitman (HP), Ginni Rometty (IBM), pendant que la liste des femmes les plus influentes de l’industrie IT indique que ce domaine a également besoin de leur présence.

En conclusion, les femmes, qui sont, le plus souvent, plus appliquées, plus consciencieuses, plus créatives, plus intuitives et plus patientes que les hommes, peuvent avoir des carrières de succès dans le domaine IT, à condition qu’on leur en donne la chance.

En outre, si on cite Angela Merkel, la chancelière d’Allemagne, « les femmes sont le vivier de talents inexplorés le plus grand du monde », et leur présence accrue sur le marché IT pourrait représenter une solution au futur de l’informatique mondiale.

Auteur : Loredana Patrutiu

Laisser un commentaire | Article lu 404 fois | Trackback (0)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

*


*